lundi 30 décembre 2013

En 2014 préservons la Nature

Continuons ensemble en 2014 d'agir pour la préservation de la Nature.
 
Christian CONRAD 
Botaniste
 Association APIFERA
Pour la connaissance et la préservation de la Nature
Adhérer c’est nous soutenir

dimanche 8 décembre 2013

Balade Ornithologique



Découverte et connaissance de  la Nature

Dimanche 15 décembre 2013

Les oiseaux hivernants à St Nicolas de la Grave 82


L’hiver est la saison de prédilection pour observer les oiseaux hivernants. Le plan d'eau de Saint-Nicolas de la Grave (Tarn & Garonne) est également une réserve  ornithologique, reconnue pour la diversité des espèces d'oiseaux qui la fréquentent.  (Journée, tout public).

Animateur Christian Conrad, naturaliste.


Important : Dans un sac, chapeau ou bonnet,  chaussures de marche, gourde, coupe-vent imperméable, paire de jumelles, loupe. Éviter les vêtements de couleurs vives.
Nous possédons quelques paires de jumelles & 3 lunettes ornithologiques (2 de 80mm et une de 60 mm)

 LISLE sur TARN Place de l’église Départ 11h45, rendez-vous un quart d’heure avant .

Important : Nous vous conseillons de manger avant le départ.




A l’inscription n’oubliez pas de mentionner le lieu du rendez-vous et si vous acceptez de prendre des passagers (indiquez le nombre) ou si vous êtes à la recherche de place dans un véhicule.

Nombre de participants limité à 12. 

Inscription  obligatoire auprès de Christian

:        sortie.apifera@gmail.com                             ( 05 81.02.61.70 – 06.70.05.31.18


            Blog: http://asso-apifera.blogspot.fr/                   http://fr-fr.facebook.com/Apifera


Les balades sont gratuites pour les adhérents de l’association APIFERA.
Tarif : 10€ pour les non adhérents. Gratuites pour les moins 18 ans.

N’attendez pas le dernier moment pour vous inscrire


Association APIFERA. Tarn

Connaissance et  préservation de la nature

samedi 30 novembre 2013

Soutenez notre action !

L’association APIFERA est membre du Collectif pour la sauvegarde de la zone du Testet (Collectif TESTET) avec Les Amis de la Terre, Nature et Progrès, la Confédération Paysanne du Tarn, FNE MP, ATAC Tarn, Lisle environnement  etc.



 Actuellement nous poursuivons nos actions, suite aux 3 arrêtés signés par la Préfète du Tarn pour permettre la réalisation du barrage de Sivens, deux sont attaqués au Tribunal administratif ce jour par le Collectif pour la sauvegarde de la zone humide du Testet.
Le Collectif demande l’annulation de l’arrêté interdépartemental du 3 octobre 2013 déclarant d’intérêt général le projet de réalisation de la retenue de Sivens et autorisant à ce titre les travaux. Cette requête fait l’objet d’un référé dont le Collectif espère une décision du Tribunal administratif au alentour du 4 décembre. Si le recours est rejeté par la 3ième chambre, nous envisageons d’aller jusqu’au Conseil d’État.

Tout les jours des membres du Collectif surveillent la zone afin de palier à un éventuel démarrage  des travaux.


 L’argent étant le nerf de guerre : Nous avons besoin de votre soutien financier (même 5 ou 10 euros sont utiles !) pour pouvoir attaquer le dernier arrêté et la suite. 
Il s'agit de la déclaration d'utilité publique qui permet à la CACG d'exproprier les propriétaires des parcelles du projet.

Le processus juridique va nous coûter environ 3000 euros. Nous avons besoin de déposer la requête d'ici le 8 décembre, 2 mois après la publication de l’arrêté en Mairie de Lisle sur Tarn.

Si vous avez déjà adhéré ou versé un don, merci beaucoup ! 

Vous pouvez envoyer un chèque à l’ordre « Association APIFERA » qui le reversera au Collectif  à l’adresse suivante :
Association APIFERA Tarn. 
Hôtel de Ville. 
Place Paul Saissac 
81310 Lisle sur Tarn.

vendredi 15 novembre 2013

dimanche 3 novembre 2013

Sauvons la zone humide du Testet

Dimanche 10 Novembre

Pour la sauvegarde de la zone humide du TESTET

Rassemblement sur le site du projet  10 h à 17 h

Découverte et connaissance de la zone humide, guidée par des naturalistes et scientifiques. (Participation de Christian CONRAD Botaniste)

1ère Balade 10h30

2          Balade 15h

3          Animations pour les enfants

Inscriptions sur place 

Venez nombreux dire non au projet du barrage

Venez nombreux faire entendre votre opposition au projet

vendredi 18 octobre 2013

Balade Botanique - Puycelsi - Tarn



Découverte et connaissance de  la Nature

Samedi 26 octobre 2013

Balade Botanique 
 « Connaissance des végétaux en milieux humides »


Cette balade sera consacrée à la découverte des plantes inféodées aux milieux humides et ruisseaux : Prèles, Fougères, Hépatiques,  Mousses.   Lieu : Puycelsi Tarn. Après-midi
Important : Habits du moment, bottes ou chaussures étanches, loupe.

Important : Habits du moment, bottes ou chaussures étanches, loupe.

Animateur Christian Conrad, naturaliste.

Toulouse : Départ 12h30, rendez-vous un quart d’heure avant.
Rendez-vous Place de la Roseraie (métro) pour le covoiturage.

LISLE sur TARN Départ 13h, rendez-vous un quart d’heure avant Place de l’église.

PUYCELSI parking à côté du cimetière 13h30

Nombre de participants limité à 15. 

L'Audoulou. Puycelsi Tarn


Inscription  obligatoire auprès de Christian

:        sortie.apifera@gmail.com   ( 05.81.02.61.70 – 06.70.05.31.18



Les balades sont gratuites pour les adhérents de l’association APIFERA.
Tarif : 10€ pour les non adhérents. Gratuites pour les enfants.

N’attendez pas le dernier moment pour vous inscrire

Association APIFERA Midi-Pyrénées – Groupe Tarn.

Connaissance et  préservation de la nature

vendredi 11 octobre 2013

Pour la sauvegarde de la zone humide du Testet. Tarn

Important et urgent prenez 2mn de votre temps et signez cette pétition.
Alors que la 2ème enquête publique n'était pas clôturée le gouvernement et le Conseil Général du Tarn ont décidé d’autoriser le projet de barrage de Sivens. 
Les premiers arrêtés ont été signés les 2 et 3 octobre. 

Une entorse de plus à la démocratie on change de gouvernement mais pas de  méthode...


http://www.avaaz.org/fr/petition/Appel_pour_un_gel_du_projet_de_barrage_de_Sivens_et_pour_des_analyses_independantes/?copy

jeudi 3 octobre 2013

Sauvons la zone humide du TESTET

Le projet du barrage de Sivens (81) en consultation publique jusqu'au 7 octobre

Malgré 2 avis défavorables du CNPNà la demande d'autorisation de destruction d'espèces protégées pour permettre la construction du barrage de Sivens sur le Tescou (Tarn), le projet est soumis à la consultation du public sur le site de la DREAL Midi-Pyrénées jusqu'au 7 octobre.
Le collectif pour la sauvegarde de la zone humide du Testet (qui sera détruite) ne relâche pas la pression contre ce projet de barrage et mène un travail de plaidoyer exemplaire suite à l'enquête publique d'octobre 2012 :
Il est important que chacun d'entre vous participe à cette enquête et donne son avis sur le site de la DREAL avant le 7 octobre : la consultation du public !http://www.midi-pyrenees.developpement-durable.gouv.fr/sivens-a9311.html
1 Conseil National de la Protection de la Nature
Ce projet fait partie des nombreux projets inutiles et la Nature en fera les frais, faite circuler dans vos réseaux 
 
Zone humide du Testet à Sivens Tarn

mardi 24 septembre 2013

Le Parc de LAGARDELLE sur LEZE


La commune de Lagardelle sur Lèze possède un remarquable parc de 7 ha attenant à un château, elle a fait l’acquisition de cet ensemble il y a une quinzaine d’années. Le château  abrite les locaux administratifs de  la mairie ainsi qu’une médiathèque au dernier étage.

Dans un but de conservation et de valorisation du parc la municipalité a signé un partenariat  sur trois ans  avec notre association.

Les buts sont multiples, avant tout préserver l’ensemble, recréer une biodiversité afin de redynamiser les écosystèmes, faire de ce lieu un centre d’observation  naturaliste. Dans un but pédagogique, le public de la commune et des alentours est invité à venir  se détendre et  découvrir cet espace riche en essences Séquoia, Sophora, Cèdres etc.





Cette année nous avons commencé le premier inventaire concernant les arbres du parc qui en possède aux alentours de 600.  En 2014, cela concernera les  herbacées, en 2015 les oiseaux et les petits mammifères qui fréquentent les lieux.

Dans le projet, des panneaux informatifs seront placés dans le parc concernant les plantes, les oiseaux et les mammifères qui le fréquentent. Des animations ont déjà été mises en place, d’autres suivront.

Nous avons commencé une première tranche d’informations en  plaçant une quinzaine de plaquettes sur des arbres sélectionnés sur lesquelles sont inscrits : le nom populaire, le nom scientifique, la famille auxquels ils appartiennent et leur lieu d’origine. Ces plaquettes ont été placées avec des ressorts et un fil de fer léger et plastifié afin de ne pas les blesser.

 

Certaines zones ne seront fauchées qu’une fois dans l’année à l’automne, ce qui  permettra à la végétation de s’épanouir et de reprendre ses droits avec toute sa diversité, on pourra  ainsi s’apercevoir que d’une pelouse peut naître une prairie. Au fil des années vont apparaître de nouvelles fleurs comme la sauge, l’achillée, la petite gentiane etc. Ce sera le début d’une diversité biologique comprenant les insectes pollinisateurs et autres, suivis des oiseaux, micro-mammifères etc.








L’association en concertation avec les services techniques de la commune apporte conseils et soutiens dans la gestion différenciée du parc. En janvier 2013 une première plantation d’arbres indigènes a été réalisée le long de la Lèze.









samedi 21 septembre 2013

Connaissance des Arbres



Association APIFERA

Découverte et connaissance de  la Nature

Dimanche 29 septembre 2013

Balade naturaliste 
 « Connaissance des Arbres et de leur biotope »



Lieu : Forêt de Grésigne Tarn.

Découverte du milieu forestier, ses différentes strates herbacées, arbustives. Comment les reconnaître, leurs places dans l’écosystème…


Animateur Christian Conrad, naturaliste.


Important : Habits du moment, paire de jumelles, loupe (facultatif).

LISLE sur TARN Départ 13h, rendez-vous un quart d’heure avant Place de l’église.

Nombre de participants limité à 15. 

Inscription  obligatoire auprès de Christian

:        sortie.apifera@gmail.com   ( 05.81.02.61.70 – 06.70.05.31.18



Les balades sont gratuites pour les adhérents de l’association APIFERA.
Tarif : 10€ pour les non adhérents. Gratuites pour les enfants.

N’attendez pas le dernier moment pour vous inscrire


Association APIFERA Midi-Pyrénées – Groupe Tarn.
Connaissance et  préservation de la nature



Hêtre Commun (Fagus sylvatica. F : Fagacées


mardi 6 août 2013

Ariège - Balade Botanique


Découverte et connaissance de la Nature

Balade BOTANIQUE

Dimanche 11 Août 2013


Lieux : Pyrénées Ariégeoises. Réserve biologique  Gorges de la Frau
Niveau : Difficile (600-1150m)

Balade Botanique : découverte de la flore de falaise dans les gorges, en direction de COMUS milieu sec et humide avec une abondance de fleurs et de Lépidoptères. Ce n’est pas une randonnée, nous marchons au rythme de ce que nous découvrons, tout ceci commenté par nos guides. 

Cette sortie est réservée aux personnes intéressées par la Botanique.

Animateurs Daniel CAILHOL, Christian CONRAD, naturalistes.

Important : Dans un sac,  munissez-vous d’un casse-croûte, chapeau,  chaussures de montagne, gourde, coupe-vent imperméable, loupe, paire de jumelles, flore.

Départ dimanche matin Toulouse : Départ 7 heures, rendez-vous un quart d’heure avant.
Rendez-vous Place de la Roseraie (métro) pour le covoiturage.

Lisle sur Tarn. Départ 6h30. Place de l’église

A l’inscription n’oubliez pas de mentionner le lieu de rendez-vous et si vous acceptez de prendre des passagers (indiquez le nombre) ou si vous êtes à la recherche de place dans un véhicule.
Voir ci-dessous les « règles covoiturage » 

Nombre de participants limité à 12.

Inscription obligatoire auprès de Daniel CAILHOL. Sortie.apifera@gmail.com
Tél. 05 61 08 48 51 / 06 59 35 96 32. Soirée 18H – 21H


Les balades sont gratuites pour les adhérents de l’association APIFERA.
Tarif : 10€ pour les non adhérents. Gratuites pour les moins de 18 ans.

N’attendez pas le dernier moment pour vous inscrire

Association APIFERA. Groupe Tarn.
Pour la connaissance et la préservation de la nature

10 rue de l’Allier 31200 Toulouse

Gorges de la FRAU




Règles Covoiturage

Le covoiturage est une nécessité collective au sein de notre association pour plusieurs raisons :

Ø       fournir un moyen de transport à celles et ceux qui ne possèdent pas de véhicule afin de pouvoir participer aux sorties naturalistes et autres.

Ø       remplir au maximum les véhicules afin de limiter son impact carbone.

Ø       partager les frais de trajet.

Ø       faire connaissance et créer des liens.

Le partage des frais de trajet se fait sur les dépenses réelles : la consommation du carburant et les frais d’autoroute. 

Le calcul est simple, il suffit de faire une règle de trois :
Le total du kilométrage aller et retour multiplié par la consommation du véhicule pour 100km. Le résultat est divisé par 100 ce qui donne la consommation que l’on multiplie par le prix actuel du carburant (essence ou gasoil).

Une fois que l’on a le total du prix de consommation en carburant s’il y a des frais d’autoroute on les ajoute le total est divisé par le nombre d’occupants dans le véhicule chauffeur compris.

Exemple sortie Val Louron : 340 km A&R Consommation du véhicule 7Litres pour 100kms, frais d’autoroute  10,40  

340 X 7 =  23,80 L    ▬►   23.80 x 1.30 = 30.94 € + 10.40  € = 41.34 €
   100

 Divisé par les quatre occupants du véhicule, la part de chacun sera de : 10,30E

Il est conseillé au propriétaire du véhicule d’annoncer avant le départ le montant des frais de route aux covoiturés.

Ces règles doivent être appliquées dans un souci d’égalité et afin  de préserver une « bonne ambiance ».

« Cela reste tout simplement un moment de partage... vu en plus qu'on est entre gens qui ont des centres d'intérêt communs... »

Le Président
Philippe MOOG



mardi 30 juillet 2013

Herborisation vallée du Tescou



Balade Botanique
Lisle sur Tarn
 Samedi 3 Août 2013
Cardère (Dipsacus fullonum. F: Dipsacacées)

Lieu : Vallée du Tescou.  
Animateur : Christian CONRAD Botaniste.

Après-midi. Rendez-vous 15h Premier parking à droite route de BARAT D132, à partir de l’embranchement de la route D999 (Gaillac Montauban)
Sortie découverte gratuite - Nombre de participants limité.

Inscription obligatoire   sortie.apifera@gmail.com
(05.81.02.61.70 – 06.70.05.31.18

          Organisé par le Groupe APIFERA du Tarn
Association APIFERA Midi-Pyrénées

samedi 20 juillet 2013

Emfumage au Gaz de schiste



11-07-2013  
Gaz de schiste :« L’indépendance énergétique est un mythe »



  Pour l'économiste Thomas Porcher, Arnaud Montebourg a tout faux. Exploiter les gaz de schiste ne créerait que peu d'emplois, serait peu rentable et ne permettrait pas à la France d'atteindre l'indépendance énergétique. Revue d'arguments.
Ce mercredi, devant le Commissariat des affaires économiques de l’Assemblée nationale, le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, a proposé de créer une « compagnie publique » pour l’exploitation « écologique » des gaz de schiste. Ses arguments ? Indépendance énergétique de la France, équilibre de la balance commerciale et création d’emplois. Thomas Porcher, économiste et auteur de l’ouvrage Le mirage du gaz de schiste (1), revient sur les arguments d’Arnaud Montebourg.

Création d’emplois :
Thomas Porcher : « Il y a un halo de suspicions autour des chiffres avancés. Un cabinet conseil (Sia conseil, NDLR) a annoncé la création de 100 000 emplois, tandis que les chiffres annoncés au Débat national sur la transition énergétique sont de l’ordre de 2 000 à 10 000 emplois créés. La production de gaz n’a jamais créé d’emplois c’est pour cela que les spécialistes l’appellent « la rente gazière ». Selon les hypothèses de Sia Conseil, 13 personnes suffisent, durant les trois premières années, à la création d’un puits. Ensuite, 0,18 personne y travaille. Le cabinet conseil a donc fait une grossière erreur : il ne prend pas en considération la destruction des emplois après la création du puits, ni les économies d’échelle avec l’augmentation de la production.
Aux États-Unis, 600 000 emplois ont été créés mais c’est parce qu’ils forent en continu. En France, pour créer de nombreux emplois et être compétitif, il faudrait forer massivement, comme là-bas. Or, les densités de population en France et aux États-Unis ne sont pas les mêmes. Et le gaz de schiste se situe dans des zones touristiques - dans le Gard ou en Ardèche par exemple - il faut donc comparer les emplois créés grâce au gaz de schiste de ceux qu’il détruirait dans le secteur du tourisme. On a l’impression que la crise permet de tout justifier : « Ça crée quelques emplois, donc c’est déjà ça », se dit-on. Mais en comparaison par exemple, la rénovation thermique, elle, crée des emplois, nombreux et concrets. »
Indépendance énergétique :
Thomas Porcher : « Là encore, c’est un mythe ! Les chiffres de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) tablent sur une indépendance des Etats-Unis en 2035 si plus d’un million de puits étaient forés. Or, il s’agit de prévisions « toutes choses étant égales par ailleurs », c’est-à-dire d’un modèle valable dans un monde figé. Par exemple, l’AIE prévoyait en 2000, un prix du pétrole à 24 dollars le baril en 2010. Il a finalement atteint 100 dollars (76 euros). Donc attention aux chiffres. L’indépendance n’aura pas lieu en Europe. Ce n’est pas sérieux d’avancer cet argument. »

Équilibre de la balance commerciale
Thomas Porcher : « Ça ne dépend pas que du gaz. Il faut prendre en compte également le pétrole. Et on pourrait rétablir la balance en maîtrisant mieux notre consommation d’énergie. L’Europe réfléchit à l’efficacité énergétique depuis plus de dix ans, ce n’est pas un sujet nouveau. S’engager dans le gaz de schiste serait changé de trajectoire. Par ailleurs, si l’on rééquilibre la balance commerciale, c’est, en principe, pour relocaliser des emplois. Mais vu que le gaz de schiste ne crée que très peu d’emplois, ça n’a pas de sens.
On parle aussi d’importantes recettes fiscales qui pourraient découler de l’exploitation des gaz de schiste. Premièrement cela dépend du code minier qui doit être revu. Aux Etats-Unis, au niveau fiscal, l’exploitation des gaz de schiste n’a pas toujours été rentable pour l’Etat car les coûts des travaux de voirie ont parfois été supérieurs aux redevances perçues par les Etats.
Reste le coût de la création d’une compagnie publique que propose Arnaud Montebourg. Ce n’est pas idiot. Car plusieurs problèmes peuvent se poser quand on fait appel à une entreprise privée : il peut y avoir des asymétries d’information, l’entreprise ne dit pas tout à l’Etat. C’est d’ailleurs ce qui s’est produit en Pologne lorsque les compagnies ont annoncé des réserves énormes accélérant les processus de décision (les réserves sont moins importantes que ce qui avait été prévu par les entreprises, NDLR). De plus, dans le cas d’une exploration sans exploitation, qui va payer ? Soit l’Etat, soit l’entreprise privée accepte de le faire gratuitement ce qui serait surprenant.
Si l’on crée une entreprise publique pour exploiter le gaz de schiste, l’Etat peut faire ce qu’il veut de l’argent gagné grâce à la production et il a une maîtrise des informations. Le problème c’est que créer une entreprise pétrolière coûte énormément d’argent. Je ne vois pas comment l’Etat pourrait s’y prendre, ce serait un investissement en temps et en argent incroyable. Et nationaliser une compagnie pétrolière privée, ça ne se fait plus... depuis bien longtemps ! »

Un gaz de schiste écologique :
Thomas Porcher : « Même si on nous dit que les techniques sont plus avancées, plus sûres aujourd’hui que celles utilisées au début aux Etats-Unis, la fracturation hydraulique reste une technique très violente. Dans le Dakota, c’est quand même l’enfer ! On oublie de comptabiliser les passages de camions, les problèmes générés sur la santé. Un article publié dans la revue de l’Académie des sciences américaine a montré que l’exploitation du gaz de schiste polluait les nappes phréatiques. Des universitaires du Colorado ont mis en lumière une augmentation des cancers à proximité des sites d’exploitation. D’ailleurs cette peur des risques, encore invisibles, fait chuter les prix de l’immobilier de 24% dans les zones avoisinant les forages (selon une étude du National Bureau of economic research, ndlr). Reste l’impact sur le climat qui n’est, lui non plus, absolument pas pris en compte. »

Bonus : la baisse des prix du gaz :
« Aux Etats-Unis, les compagnies ont fait chuter les prix en produisant massivement. Les prix sont autour de 3-4 dollars (2,3 euros à 3 euros) à l’heure actuelle. Alors que sur le marché asiatique c’est 12 dollars (9 euros) (le mètre cube, ndlr) et en Europe c’est 10 (7,6 euros). Donc actuellement aux Etats-Unis, les compagnies se reportent sur le pétrole de schiste et investissent moins dans l’exploitation de gaz de schiste. Du coup, les prix risquent d’augmenter à nouveau. C’est une bulle.
En Europe, les choses sont très différentes puisque pour que les prix baissent, il faudrait renégocier les contrats, qui sont des contrats établis à long terme. En effet, le prix du gaz en Europe est indexé sur celui du pétrole. Si demain on se met à produire du gaz de schiste, les prix ne diminueront que faiblement ou pas, car le marché est plus rigide. Et si les prix ne diminuent quasiment pas, il n’y a pas d’avantage compétitif pour l’industrie française. Donc même ce gain économique avancé n’est pas sûr. »

(1) Le mirage du gaz de schiste, Thomas Porcher, Max Milo, 2013.

Complément d'information : Un calcul politique! 

En 2011 Arnaud MONTEBOURG  avait qualifié l’exploitation du gaz de schiste de “fausse bonne idée” et soutenu un projet de loi socialiste interdisant toute “exploration et exploitation des hydrocarbures non conventionnels sur le territoire national”. La posture semble ici plus importante que le contenu. Le grand problème des élus socialistes, c’est qu’ils n’ont pas une position très différente de celle de l’UMP, mais qu’ils doivent gouverner avec les Verts...
Je vous conseille la lecture d'un dossier dans la revue Science et vie du mois de mai 2013 (n° 1148) ayant pour titre " Une chance ou un risque ? Gaz de schiste".